0033 (0)1 84 800 400 devis@partivert-tunisie.com

Opter pour la chirurgie esthétique et la médecine esthétique n’a jamais été aussi courant par les temps qui courent et surtout pour la génération Y qui n’hésite pas à se refaire une beauté dès que l’occasion se présente.

Quête de perfection

Nombreux sont les jeunes qui ont recours aux différents types de médecine esthétique et d’interventions de chirurgie esthétique.

Ces pratiques ont toujours eu pour but de retrouver une seconde jeunesse, de retarder l’apparition des rides et d’avoir une peau parfaite, néanmoins, depuis l’émergence des réseaux sociaux à l’instar d’Instagram, de Youtube, de Facebook et l’influence des blogueuses, la génération Y opte pour les traitements de médecine esthétique tels que les injections en plus des interventions de chirurgie esthétique en Tunisie et cela que ce soit d’une façon discrète pour remédier à un défaut ou pour ressembler à leur star préférée.

De plus, nul ne peut nier les avantages de la chirurgie esthétique, car non seulement elle permet de corriger certaines disgrâces que ce soit au niveau du visage, de la poitrine ou de la silhouette, mais aussi de redonner confiance en soi pour une vie plus épanouie que ce soit sur le plan social ou personnel.

Les réseaux sociaux, source d’influence et d’inspiration

En général, les stars et les blogueurs ont beaucoup d’influence sur les millenials en parlant de leur chirurgie esthétique et de la tournure qu’a pris leurs vies suite à ces interventions, cela est donc perçu comme un passage obligatoire afin d’être plus conforme aux normes de beauté actuelles ce qui leur permet aussi de se débarrasser de leurs complexes et de leurs défauts jugés disgracieux.

Des médecins de plus en plus connectés sur les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux ont aussi pour avantage de faciliter la communication, car, c’est désormais par messages privés que les patients contactent leurs médecins pour un avis ou tout simplement pour prendre un rendez-vous ou pour avoir une idée sur les techniques utilisées.